AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Chapitre1: Toute une histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine2305•
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 31
Localisation : Belgique (Liége)

MessageSujet: Chapitre1: Toute une histoire   Lun 18 Juin - 21:22

Chapitre 1: toute une histoire

"Un peu de sincérité est chose dangereuse;

beaucoup de sincérité est absolument fatale"

[ Oscar Wilde ]

POV Bella

Le grand jour est arrivé. C'est aujourd'hui qu'à lieu le bal de promo attendu par tous. Enfin par tous, sauf moi. Voilà plusieurs jours qu'Alice prend un malin plaisir à me faire déambuler dans les couloirs de leur villa chaussée de sandales à talons. Un entraînement qui doit me permettre de danser sans causer une catastrophe Swannienne. J'ai beau lui répéter sans cesse que je n'ai aucune intention de me trémousser sur la piste, le combat est perdu d'avance. Elle réussit toujours à obtenir ce qu'elle veut. Quand je tente une objection, elle prend ce regard de Caliméro qui pour le coup, donne au Chat Potté de Shrek, une bonne raison d'aller se cacher tandis que moi je ne peux que céder.

Quand la soirée se termine enfin, nous prenons la direction du parking pour rejoindre la voiture d'Edward. Il est temps que l'on y arrive. Malgré que j'aie tout de même passé une bonne soirée avec mon amoureux je suis contente que celle ci se finisse. J'ai mal aux pieds et je vais vraiment finir par me casser l'autre jambe sur ces foutus talons!

J'ai réussi à convaincre Carlisle de m'enlever le plâtre quelques jours plutôt, pour faciliter ma démarche dans l'espoir de passer inaperçue et éviter toutes questions inutiles. L'immense atèle qui décorait ma jambe ne m'y aurait pas aidé. Mais tout cela est sans compter sur ma meilleure amie, qui avait jugé que les ballerines choisies au départ n'était plus du tout adaptées à la situation. Elle sautillait partout, enjouée à l'idée de faire de moi sa poupée. Entre épilation, habillage, maquillage, coiffure elle avait de quoi faire! Je l'entends encore rire. Un son cristallin qui la caractérisait si bien, lorsqu'elle avait vu ma tête devant la paire d'escarpins qu'elle tenait dans ses petites mains aux allures délicates et pourtant si robuste.

D'après elle, il fallait à tout prix mettre des talons pour aller avec ma robe qui soit dit en passant était probablement très belle sur le mannequin de la vitrine de la boutique mais sur moi c'était discutable. Même si je dois avouer que le résultat final m'avait laissé stupéfaite face à mon reflet dans le miroir. Pour une fois je me trouvais presque jolie.

Je porte une robe de soirée bustier, en mousseline turquoise garnie d'une ceinture noir de satin nouée sur le côté. Elle est légèrement volante et m'arrive juste en dessous des genoux. Les chaussures qu'Alice avait choisi sont elles aussi bleu avec de fines lanières sur le dessus du pied qui laissent ainsi paraître mes orteils vernis avec soin. Elle avait tiré quelques mèches de mes cheveux préalablement bouclé, négligemment vers l'arrière laissant alors retomber ma chevelure sur mes épaules dénudées.

Edward et moi, nous dirigeons donc vers sa Vanquish. Il m'ouvre la porte côté passager comme d'habitude, sa galanterie ne prend pas une ride malgré le nombre d'année qui passe à travers les différentes générations. Je prends place sur le siège, avant qu'il ne referme la portière. Quelques secondes plus tard, il est assis à mes côtés, mains sur le volant et démarre la voiture. J'espère pouvoir un jour me faire à cette vitesse vampirique. Par ce qu'à chaque fois j'en ai le tournis. Ce qui m'amène au fait que j'aimerais moi aussi pouvoir être comme eux.

Pendant cette soirée nous avons eu l'occasion de manger, boire, parler, et même "danser". Edward m'avait permis de monter sur ses pieds et me tenait ainsi fermement, une de ses mains logée au creux de mes reins pendant que l'autre tenait la mienne délicatement, comme par peur de la briser. Mais une chose reste encore en suspend. Ma transformation. Il me l'avait pourtant promis ce jour là, à l'hôpital. Il m'avait juré qu'au bal de promo il ferait de moi un vampire. Ce jour où tout avait basculé.

Après m'avoir sauvé la vie en aspirant le venin laissé par James. Je lui avais demandé pourquoi il ne m'avait pas laissée devenir comme lui. Son seul argument était, qu'il fut prit de panique et que c'est la seule chose qu'il lui soit venu à l'esprit. Qu'il n'avait pensé à rien d'autre que de me sauver la vie. Et pourtant s'il avait laissé s'écouler cette toxine dans mon sang, je serai comme lui aujourd'hui, je serai...parfaite. Depuis ce jour là il n'était plus vraiment le même avec moi. Il est distant, il est froid, insensible, et ne parle pour ainsi dire plus.

Je suis presque sûr que ce jour là, il s'est rendu compte qu'il ne me voulait pas à ses cotés pour l'éternité.

Je redoute toujours le moment ou il finira par s'en aller pour ne jamais revenir. Quand il en aura assez de l'insignifiante humaine que je suis, il rompra alors avec moi. Peu importe la façon dont il le fera... le résultat sera toujours le même. Peu importe les mots qu'il dira, cela ne pourra adoucir la peine que je pourrai ressentir. Ce trou béant dans ma poitrine, qu'il laissera vide à jamais. Je ne suis pas une fille du genre à me voiler la face. Et j'avais l'intime conviction qu'un jour, on me reprendrait ce bonheur incommensurable que je vis au quotidien depuis que je l'ai rencontré.

Sans m'en rendre compte je laisse échapper un soupir comme écho à mes pensées, qui d'une certaine façon vient de mettre fin à ce pénible silence. Il réagit.

- Un soucis?

- En vérité, oui. Je voulais te parler de ma transformation.

Je prends la décision de ne pas tourner autour du pot. Cela rend toujours les choses plus compliquées que ce qu'elles ne sont réellement.

- Pas maintenant Bella. Me dit-il

- J'aimerai qu'on puisse en discuter. Tu m'avais promis de me transformer si j'acceptai de profiter de ma vie jusqu'à la fin de l'année, en faisant ce que font les gens de mon âge. Même si j'avoue que pour moi ça n'a pas grand intérêt. Je t'ai obéi, j'ai rendu souvent visite à Jacob à la réserve, j'ai été au cinéma, j'ai vu mes amis après les cours, j'ai même fais du shopping, je ne vois pas ce que je pourrai faire de plus.

- Ce que je t'ai demandé c'est de faire des choses avec TES amis, avec des gens de TON monde, toi tu as passé du temps avec Emmett et Alice.

- Et Jacob!

- … et Jacob...

Est-ce-que je dois comprendre par là, que je ne fais pas partie de SON monde. Il a un air sévère, je vois ses doigts se refermer vigoureusement sur le volant.

Je veux insister mais il me coupe dans mon élan.

Il se tourne légèrement vers moi et sur un ton qui frôle le 0° me lâche:

- PAS MAINTENANT! Arrêtes de faire l'enfant. On en parlera au moment venu.

Je reste muette quant à sa réaction. Je pense que si je n'avais pas été assise j'en tomberais à la renverse. Pourquoi me parle-t-il comme ça ? Que lui arrive-t-il? Il avait toujours été si gentil et si doux avec moi.

Je ne sais pas si je dois me dire que son attitude change, comme tous ces couples qui ne savent pas se passer l'un de l'autre les premières semaines de leur relation et puis qui se lassent et s'envoient valser à tout bout de champs une fois les "débuts" passés. Ou alors est-ce-que mes craintes sont fondées et qu'il s'est simplement rendu compte qu'il ne m'aime pas. Comme un réveil brutal un lendemain de nouba, où l'on émerge difficilement avec la tête comme un sceau, et qu'on jure alors devant Dieu qu'on ne boira jamais plus d'alcool!

Vient-il comme de se réveiller après une longue nuit, se rendant compte que je ne lui conviens pas, alors il s'est juré qu'il ne sortira jamais plus avec une humaine. Il avait peut être même déjà voulu me quitter mais comme j'étais si très proche d'Alice et d'Emmett, qu'ils l'en ont empêché? Allait-il me montrer un tout autre visage que celui que je connaissais ?

Voilà que mon esprit recommence sa lute intérieur. Je me demande parfois si tout le monde agit ainsi? Ou si je suis la seule à me triturer la conscience de la sorte?

Est-ce-que je suis normale? Parfois je me sens idiote. Toujours en train de me poser vingt milles questions. Comme une ado en crise existentielle. Est-ce le cas?

Quoi qu'il en soit je prends le parti de me rassurer. Toutes ces fois où je m'étais posée maintes interrogations ne m'avaient jamais rien apporté de bon. Rien ne sert de s'affoler autant. Les sautes d'humeur ça arrive. Même chez les vampire. Peut être a-t-il toujours l'intention de me transformer. Mais en ce moment il a d'autres choses en tête.

Quelle idiote je suis! Moi et mon ineptie nous venions de plomber l'ambiance avec mes questions absurdes. Je m'autoflagelle pour avoir des comportements aussi immatures parfois. Il m'avait déjà prouvé qu'il m'aimait. Oh oui plus d'une fois! Il a droit lui aussi d'être sur la touche. C'était même ce que je lui demande sans arrêt. D'arrêter d'être aussi sérieux, aussi parfait. J'en arrive à me demander si je sais vraiment ce que je veux.

Ce n'est pas le moment de se disputer. Je veux vraiment passer un bonne fin de soirée après le début catastrophique de celle ci, au bal où j'ai dû supporter les trop pleins d'hormones de Mike et les jérémiades de Jessica. Ç'en est trop! Il est temps de se relaxer avec mon amoureux! Nous en avons apparemment besoin tous les deux! Je tente alors de détendre l'atmosphère. Je décide donc de lui parler de sa passion partagée avec Carlisle ; la médecine. Ça au moins je suis certaine qu'il apprécie. Il parle de ça pour ainsi dire à chaque fois qu'il voit son père. Dans ces cas là, je ne peux qu'écouter leur conversation ne comprenant pas vraiment tous les mots qu'ils emploient!

- Comment as-tu trouvé ta journée d'hier à l'hôpital?

J'avais dis ça sur un ton que j'aurais voulu plus chaleureux mais je ne pu m'empêcher d'être un peu dure après la façon dont il venait de me parler.

Il doit comprendre ce que j'essaie de faire, car il me regarde et me fait son petit sourire en coin qui me fait tant craquer. Mon amoureux de vampire n'a apparemment pas fait attention à l'intonation de ma voix ou du moins c'est ce qu'il laisse penser.

- Plutôt bien, je n'ai toujours pas la facilité qu'a Carlisle avec le sang humain mais je m'améliore de jour en jour et j'espère toucher au but d'ici peu. Et puis le fait d'être proche de toi est un très bon exercice.

- Oh! Fut le seul mot que je sus dire.

Non mais je rêve! Je repars dans la tourmente qui ne m'avait pas quitté assez longtemps à mon goût. Alors c'est ça, je ne suis qu'un vulgaire cobaye, un rat de laboratoire, une expérience scientifique, un exercice de maîtrise? Je sens mes joues s'empourprer de colère; il le remarque sans doute car il me demande avec ce qui semble être de l'inquiétude:

- Ça va Bella?

- Oui, oui.

Il vaut mieux ne pas s'emballer, j'ai peut être mal interprété ce qu'il vient de me dire ; peut être voulait-il juste me faire comprendre que mon sang aurait toujours la même fascination pour lui. Que le fait de ne pas pouvoir le goûter est frustrant mais qu'il se contrôle. J'espère sincèrement que c'est le cas.

Nous voila enfin rentrer à la villa des Cullen, je dormirai là bas cette nuit. J'ai prétexté à Charlie que je rentrerai certainement tard du bal avec Angela et que ce serait sympa si je dormai chez elle. Pauvre Charlie tellement naïf! Je sais donc de qui me vient cette caractéristique. Si ma maladresse provient de ma mère Renée, ma naïveté vient bel et bien de son ex-mari.

Arrivée dans le hall d'entrée, Emmett apparaît dans les escaliers.

- Tiens voila les amoureux, vous en avez mis du temps! Vous me racontez votre escapade? Des choses croustillantes à confesser? Une "pause" dans les bois?

Il avait bien fait attention de marquer les guillemets avec ses mains. Il avait dit tout ça avec un énorme sourire.

Et bien oui, Emmett. Qui d'autre? Pour faire des sous-entendu érotiques aussi gros que des maisons il n'y a bien que lui.

- Non Emmett nous ne nous sommes pas arrêtés dans les bois, mais tu oublis que je ne suis qu'une pauvre humaine qui a de fortes intolérances à la vitesse alors si Edward ne voulait pas que je rende le buffet de ce soir sur le tableau de bord il fallait rouler calmement!

Emmett lève alors les mains en l'air en signe de paix.

- OK OK on ne se stress pas Mademoiselle l'humaine. On dit que la tension rend la chair inmasticable. Malgré nos dents aiguisées , plus personne ne voudra te croquer après tout ça! Tu seras cataloguée indigeste. Mais faites comme si je n'avais rien dis!

- C'est assez difficile Monsieur l'abruti. Tu racontes toujours n'importe quoi! S'empressa de répondre mon amoureux.

- C'est bon Emmett tu n'en a pas marre de te rabaisser à lui parler! Elle n'en vaut pas la peine d'ici quelques années tu auras oublié l'insignifiante Bella. Tu perds ton temps à y prêter attention.

Rosalie! J'aurais du m'en douter la très chère « sœur » d'Edward ne m'avait jamais porté dans son cœur. Edward m'avait déjà confié qu'elle lui avait fait des avances qu'il s'était empressé de repousser. La belle blonde a du mal à admettre le fait qu'il n'ait pas voulu d'elle mais aussi qu'il puisse être amoureux d'une humaine aussi banale que moi. Je trouve malgré tout déplacé qu'elle me fasse payer le prix d'avoir réussi à me faire aimer par Edward. Elle est avec Emmett depuis longtemps déjà et ses pseudo crises de jalousie étaient inappropriées à la situation. Pourtant dès qu'elle le peut, elle me rabaisse. Souvent Emmett prend ma défense si ce n'est pas Alice qui s'en charge. J'ai vraiment des amis formidables.

- Et si tu allais te remettre une couche de blush ma chérie ton nez commence à "briller"! Rétorqua Emmett.

Je ries intérieurement me mordant la lèvre pour ne pas pouffer. Il est bien entendu impossible pour un vampire de briller, et c'est bien là ce qui fait tout son effet pour Rosalie qui désespère d'avoir perdu toute son humanité. Le petit rappel d'Emmett a bien l'effet escompté. Elle part en marmonnant des mots incompressibles. Tout du moins pas assez fort pour que mon ouïe réduite puisse entendre. Je me retourne vers Emmett pour le voir fier comme un paon. C'est fou comme l'amour rend idiot! Sa femme à beau être une teigne, il l'aime malgré tout. Inversement il passe son temps à lui rabattre le caquet et elle, elle finit toujours par revenir vers lui. Je commence à me demander si ces deux là ne jouent pas à un stupide jeu dont seulement eux connaissent les règles. Et ainsi le soir se retrouvent tout sourire pour se remémorer les anecdotes de la journée.

Emmett nous regarde à tour de rôle l'air gêné, était ce le mot déplacé de trop à l'égard de son épouse! Personnellement je dois admettre que je suis contente que quelqu'un sache remettre Rosalie en place de temps en temps. Si je n'avais pas peur d'être broyée de ses deux mains froides je le ferai moi même.

D'ailleurs note pour plus tard, si un jour je me retrouve dans un corps vampirique: "Descendre Rosalie Hale de son piédestal!"

Après quelques secondes d'hésitation Emmett part rejoindre sa moitié.

Edward lui me tire par la main et nous montons dans sa chambre. Du moins c'est comme ça qu'il aime l'appeler parce qu'une pièce sans lit ne peut décidément pas s'appeler une chambre! Quand nous rentrons dans sa dite « chambre » je tombe presque de stupéfaction ; contre l'immense baie vitrée se trouve un énorme lit à baldaquin. Il est construit en bois clair ce qui s'harmonise parfaitement au reste de la pièce. Je regarde Edward complètement ébahie par ce que j'ai devant les yeux. Il me prend de court et me dit:

- Et bien oui je ne pouvais pas te laisser dormir à même le sol! Il te fallait un lit!

- Il est parfait.

- Tu pourras le dire quand tu l'auras test...

Il n'a pas le temps de finir sa phrase que nous sommes coupés par des cris provenant de la pièce d'à coté.

- Rosalie! Avons-nous dit en cœur.

Elle crie tellement qu'il ne faut pas avoir l'audition d'un vampire pour l'entendre.

Elle hurle après Emmett par ce qu'il m'avait défendu tout à l'heure. La belle blonde n'avait pas apprécié et je n'ose imaginer ce que mon grand frère allait devoir faire pour se faire pardonner!

Elle lui aura crié dessus pendant prés d'une heure où les insultes à mon égard fusaient. Ce qui a comme plus tôt dans la soirée déplut à Emmett. La dernière chose que j'ai entendu est Emmett annoncer:

- J'ai besoin d'air Rose! Je pars faire un tour. Ne m'attends pas je reviendrais demain matin après avoir remis mes idées au clair. Elle est comme ma sœur. En attendant, si tu ne peux la respecter, essaie au moins de te faire une raison car je l'apprécie et quoi que tu penses, tu ferais bien de mettre ta jalousie de côté et d'essayer d'apprendre à la connaître, elle en vaut la peine!

Et là, plus rien juste un grognement sourd. Un grondement que je pense d'abord venu de Rosalie mais il est en fait beaucoup plus proche. Je m'aperçois alors qu'il vient d'Edward. Que diable a il entendu pour réagir ainsi? Ce n'est pas la première dispute entre ces deux là. Peut être est-ce à cause de ce que Rosalie a dit à propos de moi, Edward n'apprécie peut être pas le fait que je sème la zizanie entre son frère et son épouse. Si cela est le cas j'irais dès demain m'excuser auprès de ces tourtereaux!

Et puis tout compte fait, Edward a bien vu que je n'ai rien fait pour mériter les foudres de la belle blonde et que c'est elle qui m'a insulté. Ou peut être que ça n'a rien avoir et qu'Edward à entendu quelque chose que je n'ai pas saisis, mais quoi donc?

Voilà que je repars alors dans un combat intérieur. Bon sang que je suis exaspérée d'être Bella Swan! Je décide de prendre sur moi, car maintenant je n'ai qu'une envie, me mettre dans ce somptueux lit. Je m'allonge contre mon bien aimé déjà installé un livre à la main et je me laisse sombrer dans les bras de Morphée.

Je me réveille lentement, il fait calme à la villa. Je regarde autour de moi, les yeux toujours embués et je suis seule! Pas d'Edward en vue. Bizarre!

Ah j'ai parlé trop vite, j'entends vaguement la voix de Rosalie suivie de celle d'Emmett. EMMETT! Alors il était bien revenu comme il l'avait dit à Rose hier! Je me dépêche alors d'enfiler mon jeans et mon T-Shirt qui se trouve dans mon sac posé près du lit. Je sors de la chambre d'un bond. Il s'en faut de peu pour que je ne me trébuche dans le pied de l'armoire. J'arrive au dessus des escaliers et je sens une agréable odeur d'omelette et de bacon filée dans mes narines. Ce qui rappel à mon estomac sa fonction et je l'entends gargouiller. Mais ma maladresse revient en force et voila que je loupe la dernière marche! ET VLAN face contre terre j'entends les rires reprendre de plus belle! Ils sont tous là; autour de moi. Riants aux éclats!

- Et bien Bella, on ne t'as jamais dit de lever les pieds! Dit Rosalie entre deux ricanement.

SYMPA!

- Et bien j'essaye mais ça ne marche pas toujours malheureusement.

Je sens des bras froids me relever, me voilà à nouveau debout. Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir de qui il s'agit. C'est mon chéri. Il aurait pu me rattraper plus tôt!

- Alors, est ce qu'on peut y aller? Dit Rosalie.

- Vous partez quelque part?

- Oui nous partons chasser, mais Alice reste avec toi, elle te ramènera chez Charlie quand tu le souhaiteras.

Quand je dis qu'Edward ne me parle plus autant qu'avant! Il ne m'avait même pas prévenu! Je doute qu'il ait décidé ça cette nuit!

Emmett, prend à son tour la parole.

- Et bien... Je pense que je vais rester ici aussi, j'ai chassé toute la nuit et vu la taille des ours que j'ai exterminé je peux aisément tenir deux semaines!

Rosalie s'avance alors vers lui le regarde suspect, avant de l'embrasser fougueusement. Ils se sont certainement réconciliés alors! J'en suis ravie! Emmett et moi sommes assez proche mais il ne me parle jamais de Rosalie. Enfin rien que je ne sache déjà.

Pour peu, je dirais qu'elle en rajoute, mais la connaissant plus rien ne m'étonne. Edward me regarde et s'approche. Il m'enlace si fort que demain des bleus seront présents j'en suis sûr. Je profite malgré tout de cet instant. Les hématomes en tout genre sont monnaie courante dans ma vie. C'est tellement agréable d'être dans ses bras, son parfum afflue dans mes narines, la douceur de sa peau effleure la mienne. Quand le moment de fin arrive j'essaie d'attraper ses lèvres dans l'attente d'un ultime baiser, mais c'est en vain car comme à son habitude il se défile en déposant un doux bisou sur mon front.

- Allez tout le monde il est temps, déclare Carlisle.

- C'est partit, dit Jasper dans un sourire tellement il était heureux de pouvoir prendre son petit déjeuner lui aussi.

Aussi, je remercie Alice de rester près de moi. La simple pensée d'être tenue loin d'Edward m'est difficile à supporter, je n'imagine pas ce que peut ressentir Alice séparée de Jasper qu'elle aime tant.

- Quand serez-vous de retour?

- Cette nuit, au plus tard demain matin, nous pensons aller près de Indianapolis c'est à environ 3165 km. C'est Esmée qui venait de me répondre avec un large sourire. Cette femme était tellement gentille.

- Ce n'est pas tout ça mais j'ai des choses de prévues, et plus tard vous partez, plus tard vous revenez, dit Alice.

Sur ce, c'est toute la famille qui passe la porte. Me voilà seule avec Alice et Emmett, ça promet d'être drôle. Ce n'est pas la première fois. J'adore passer du temps avec eux. Ils sont ma deuxième famille.

Une fan de shopping et un vrai clown! Que du bonheur!

- Bon je t'ai préparé à déjeuner Bella, alors tu vas manger, me dit mon amie.

Mon odorat ne m'avait pas trahi, elle m'avait bel et bien cuisiné une omelette avec du bacon.

- Ce n'est pas grand chose, mais je ne suis pas habituée à faire la cuisine vu notre régime alimentaire! D'habitude on se contente de te faire livré de la pizza mais je voulais essayer de cuisiner pour toi! Après tout, tu es là de plus en plus souvent et si tu continues de ne manger que pizza et compagnie tu vas très vite devenir grosse!

J'ai tellement faim. Entre deux bouchées je prends tout de même le temps de la complimenter. C'est sûr que ce n'est pas un déjeuner 5 étoiles mais il est délicieux quand même.

- C'est très savoureux Alice. Charlie part tôt le matin, alors d'habitude c'est lait et céréales. Tu peux me croire ce déjeuner c'est du luxe.

- Tant mieux. Bon il faut que je fille, je vais au centre commercial faire quelques achats. Comme tu détestes ça et que je t'ai déjà traîné là avant-hier je te laisse donc en paix aujourd'hui.

- Et où comptes-tu donc mettre tes achats parce que Jasper a déjà du mettre certaines de ses affaires dans l'armoire sur le palier étant donné que tu monopolise l'espace de votre chambre alors...

- Tais-toi Emmett. Au pire il me reste un peu de place dans la salle de bain, Jasper pourra y ranger ses chaussures, où encore dans le garage je suis certaine qu'il y a moyen de lui trouver de la place.

- Erf j'imagine bien Jasper courant dans toute la maison une serviette sur le corps. Prenant dans chaque pièce de la maison de quoi se mettre sur le dos. Bref, j'en déduis qu'il ne reste que nous deux Bella. Une idée en tête pour tuer ce temps libre?

- Et bien j'avais envie d'aller me balader; Jacob m'a parlé d'un endroit à la frontière de la Push il parait qu'il est merveilleux!

- OK. Ça t'embête si je t'accompagne?

- Bien sûr que non. On dit dans une demi-heure ici, le temps de prendre une douche et j'arrive.

- OK pas de souci. Je prépare les provisions histoire de t'abreuver et de te nourrir petite humaine.

Je lui tirais la langue, je n'ai pas besoin qu'on me rappelle sans cesse ô combien ils sont formidables et oh combien je suis insignifiante!

Je monte alors dans la salle de bain pour prendre une douche relaxante avant d'aller marcher avec Emmett. Je prends à la volée mon sac, me déshabille et entre dans la douche.

Cette sensation d'eau chaude qui roule sur ma peau provoque toujours chez moi une détente absolue. Après 20 minutes, je me décide enfin à en sortir et commence à me préparer. Quand je sors de mon paradis je me rends compte qu'il n'y avait plus de serviettes dans l'armoire. Quelle cruche, je n'avais même pas pensé à vérifier! Je n'avais plus qu'une seule solution: Crier. J'espère juste qu'Alice est toujours là car entre nous il vaut mieux elle qu'Emmett.

- ALIIICEEE!

Personne ne répond, qu'elle chance! Je répétais:

- ALIIICEEE STP Y'A PLUS DE DRAPS DE BAINNNNN!

Toujours pas de réponse! Zut de Zut! Mais soudain j'entends timidement Emmett me parler. Depuis quand Emmett est-il timide? Je venais probablement de vivre les dernières 24 heures dans un monde parallèle c'est la seule raison plausible! Après Edward qui me parle comme jamais il ne m'a parlé auparavant! Emmett qui se dispute avec Rosalie (Bon ça faut avouer c'est fréquent) et qui part toute la nuit! Jasper qui part chasser sans Alice! Dans quel monde vit-on? Ah oui celui du surnaturel avec des vampires! Végétarien qui plus est!

- Bella? Bella tu es là?

- Oui Emmett où veux-tu que je sois?

- Désolée ma jolie c'est juste qu'Alice est déjà partie et bon si on veut partir se balader il faut que tu sortes de cette salle de bain. Mais pour ça il faut que tu te sèches! Alors je vais ouvrir la porte et te lancer la serviette OK? »

- OK. Vas-y. De toute façon je n'ai pas le choix! Tu ne regarde pas hein? Tu ne passes pas ta tête par dessus la porte!

Il est tellement grand qu'il doit se baisser pour ne pas que sa tête dépasse.

- Bella, tu me prends pour qui?

- Et bien tu es Emmett, donc je m'attends au pire avec toi!

- La confiance règne dis-moi?

- Bon est-ce-que tu me lances ce drap? Ou alors tu compte me faire la conversation ainsi durant toute la journée?

Même si je sais que je peux lui faire confiance, cette situation me met mal à l'aise. Ce n'est pas que je sois pudique mais bon tout de même.

Sur ce il me lance l'essuie, je le rattrape tant bien que mal.

- Merci Emmett. A tout de suite.

- De rien ma jolie.

Ma jolie? Depuis quand Emmett m'appelle-t-il comme ça? Bien que je trouve ça assez mignon venant d'Emmett ça me surprend quand même!

Après m'être séchée, je commence à m'habiller. J'enfile un jean, une paire de basket et mon gilet noir. En tant que maladroite qui se respecte je ne suis pas à l'abri d'une chute et donc d'une tâche! Le foncé c'est donc ce qui me va le mieux! Je descends dans la cuisine pour y retrouver Emmett assis, le regard perdu, contemplant le paysage visible par la fenêtre qui se trouve devant lui. Un sac de sport passé en bandoulière sur le dos. Probablement qu'il contenait mon dîner.

- Voila Emmett. Je suis prête.

- Enfin! Je commençais à me demander si tu allais en finir un jour.

- Et bien je suis là. Alors assez bavardé allons-y.

Nous sommes en chemin vers l'endroit dont m'avait parlé Jacob, Emmett doit m'attendre de temps en temps mais voilà un moment qu'il prend la même allure que moi. Le pauvre cela doit être une torture pour lui de marcher à ma vitesse mais il ne dit rien. Je parle toujours trop vite! Je manque de me retrouver les quatre fers en l'aire, heureusement qu'il est là pour me rattraper au vol! Bien sur il ne se fait pas prier pour se moquer de moi! Je me demande ce qu'il y a de pire? Emmett qui me ridiculise, ou me retrouver les fesses par terre. Comment fait Rosalie pour supporter ça à longueur de journée? J'ai beau adorer Emmett je n'apprécie ses blagues qu'à petite dose!

Voilà trois quart d'heure qu'on marche et nous sommes arrivés à l'endroit dont m'avait parlé Jacob.

- WOW! C'est magnifique! Jacob ne t'avait pas menti Bella!

- Oui c'est un fait certain! Cet endroit est sublime!

L'endroit est tout simplement extraordinaire! Sous nos yeux se trouve une grande étendue d'herbe recouverte de petites fleurs des toutes les couleurs, au fond de ce domaine campe l'entrée d'une grotte où, à son pied loge un petit ruisseau. Par dessus volent des centaines de papillons. C'est comme magique! Ici on se sent hors du temps.

Alors que les nuages se dispersent pour la première fois je peux découvrir l'effet des rayons du soleil en contact avec Emmett. Je suis subjuguée. Alice n'avait pas mentit quand je lui avait demander si tous les vampires étaient aussi beau qu'Edward au soleil. Elle avait alors sourit, me disant qu'en effet le soleil les rendaient encore plus beau. Ce qui parait impossible quand on les voit. Mais que le plus beau, hormis son homme évidemment était Emmett.

Cette apollon au trait parfait mais brut, s'affinait, se sublimait au contact des rayons. Il a tout simplement l'air d'un dieu. Sa musculature est développée mais pas trop, ses traits sont affinés, derrière lui une envolée d'oiseau migrait vers le sud. Ce n'était plus un dieu, c'était un ange! Sa peau pâle et ce scintillement le fait comme illuminer. Il se fond parfaitement dans cette clairière car il était tout aussi beau si pas plus que cette dernière et encore que beau est un faible mot!

Je secoue la tête histoire de me remettre les idées en place! je m'égare... Il est temps que je reprenne mes esprit, Rosalie me mortifierait pour mes pensées! Alors que je reste encore troublée Emmett me rappelle à la réalité! Ouch!

- Bella? Bella est-ce-que ça va? Tu devrais fermer la bouche, tu vas gober les mouches!

- Désolée Emmett c'est juste... c'est juste que c'est la première que je te vois ainsi et...

- Et je suis beau comme un dieu! C'est ça?

- EMMETT! Tu vas finir par t'étouffer avec ta modestie si tu continue!

- Donc tu ne me trouve pas séduisant?

- Ce n'est pas ça...

Il ne me laisse pas le temps de finir ma phrase qu'il fonce droit sur moi bras tendu vers l'avant et me fait tomber par terre, malgré sa force ma chute reste délicate. Emmett délicat? J'aurais vraiment tout vu! J'essaie de me redresser mais c'est là que je sens ses mains froides se glisser sur mon ventre pour me chatouiller!

- Pitié Em... Emme...Emmett... pas ha... pas... hahaha... pitié... humpf... pas ça... hahaha.

- Alors je ne suis pas beau!

- … ha... ha... ha si... si si... promis... tu es... tu es... beau... Em... tu... es... beau...

- OK! Alors j'arrête! Tu t'avoues vite vaincue! Trop vite à mon goût même! C'est pas drôle!

Il me regarde, et tapote avec sa main sur le sol à coté de lui. M'intimant ainsi de m'asseoir près de lui.

- Tu sais Bella. Je voudrais m'excuser pour le comportement de Rosalie hier soir! Elle t'envie tellement. Elle est jalouse de toi par ce que tu es avec Edward alors qu'il n'a jamais voulu d'elle. Tu sais on est ensemble depuis pas mal de temps et je me rends bien compte qu'elle m'a épousé à défaut de ne pas avoir eu Edward! Ça me convenait au début, je sortais avec la plus jolie fille qu'il m'ait jamais été donné de rencontrer. Quand elle veut elle sait être gentille mais ça n'est pas dans sa nouvelle nature. Elle a vécu beaucoup de mauvais moments avant sa transformation. Mais je ne crois pas qu'on puisse rester ensemble pendant longtemps quand une relation n'est pas basée sur quelque chose de sain. Ça n'a pas été le coup de foudre. Au départ on s'est retrouvé surtout parce que nous étions les deux seuls à être célibataire. Ça nous faisait donc un point commun. Mais c'est bien là le seul. Petit à petit je me suis tout de même attaché à elle. Tu sais quand tu vis autant d'année avec une personne... c'est difficile de faire autrement. D'autant plus que notre famille aimait nous voir ainsi. Ensemble. Les voir heureux me rend heureux...

J'étais sous le choc! Je n'ai jamais vraiment discuté sérieusement avec Emmett. Seul à seul. Le fait qu'il se confie à moi est assez étrange, étrange mais agréable. Je découvre un tout autre Emmett que celui que je connais et je me surprends à aimer ça.

- Tu sais Emmett tu n'as pas a t'excuser des fautes de Rosalie. Bien qu'elle soit ta femme, elle est grande et elle sait ce qu'elle fait. Elle doit assumer ses actes et de plus je ne pense pas qu'elle voudrait s'excuser. Ce n'est vraiment pas la peine que tu le fasses pour elle. Mais merci ça me touche.

Nous commençons à discuter de tout et de rien. Assez longtemps d'ailleurs. Il me raconte ce dont il se rappelle de sa vie d'humain, du macho qu'il était et qu'il est toujours, des filles qu'il collectionnait, des rapports pas vraiment proches qu'il avait avec sa famille, ce qu'il avait regretté et qu'il regrette toujours. Du fait qu'il se fait passer pour le rigolo de service, non pas qu'il aime vraiment ça mais que pour lui c'est une façon de traverser les épreuves de la vie sans montrer aux autres ce qui peut éventuellement le toucher histoire de se protéger! Je me suis vraiment faite de fausses idées sur Emmett. Il fait le dur à longueur de journée mais au fond il est un être sensible, et je suis assez touchée par la marque de confiance qu'il me donne en m'ouvrant son cœur comme il le fait à l'instant! Il est en train de devenir plus proche de moi qu'il ne l'avait été, comme le frère que je n'avais jamais eu. Il est en train de prendre dans mon cœur la même place qu'à Jacob ou même Alice. C'est bien sûr le moment que choisit mon estomac pour se faire entendre! Et oui je ne suis qu'une humaine qui doit se nourrir de temps à autre! Mais jamais au bon moment!

- Alors ma jolie? On a faim?

- Et bien il faut croire!

- Tiens.

Il me tend une boite dans laquelle se trouve un sandwich au jambon avec mayonnaise et carottes râpées. Alors il s'en souvient! Je lui avait dis une fois que quand j'habitais avec ma mère, tous les jeudis midi on allait manger un bout ensemble. Juste elle et moi. C'était devenu notre rituel, et ce rituel avait comme clause que chacune mangeait le sandwich préféré de l'autre. Elle devait mangé le jambon mayo carottes, et moi le poulet brésilien concombre, son favori. Emmett avait donc retenu que j'aimais ce sandwich là. Il me surprendra toujours!

Une fois mon estomac contenté, nous continuons à discuter des heures durant. Jusqu'à ce que la nuit tombe. Les papillons avaient fait place aux lucioles, il est déjà tard, le temps a passé à une vitesse hallucinante. Cette journée avec Emmett avait été très agréable bien plus que je ne l'aurais jamais imaginé. D'habitude Alice est toujours avec nous. Je pensais que seule avec Emmett, le silence serait omniprésent. Mais je me suis bien trompée. Il savait tenir une discussion, sans pour autant la faire tourner en mascarade, autant qu'il savait se taire au moment ou il le fallait.

- Bon ma jolie, il faut rentrer et...

- Et...

Je l'incitais à continuer. Il n'allait pas me la jouer timide après cette journée!

- Et bien. Pour ne pas prendre trop de temps dans la forêt alors que la nuit tombe accepterais-tu que je te porte jusqu'à la villa?

- Et bien oui mais seulement si tu promets d'être délicat avec l'humaine?

Je lui disais ça avec un large sourire sachant que quand il le veut, il peut facilement l'être. Mais j'ai envie de lui rappeler qu'avec moi il vaut mieux l'être sans quoi je risque de me blesser et qui dit blessure dit sang. Et du sang avec un vampire est assez déconseillé!

- Je te promets de faire mon possible, mademoiselle l'humaine!

A ça il ajouta un timide clin d'œil.

- Sur ce allons y alors.

Avec toute sa grâce et sa vitesse, il m'attrape et me porte telle une mariée, une main dans mon dos et l'autre soutenant mes jambes. Je dois avouer que c'est assez confortable, de plus à aucun moment je n'ai envie de vomir! Il va falloir que je le signale à Edward de sorte à ce que la prochaine fois il me porte de cette manière!

Quand nous arrivons à la villa, Alice nous attend sur le pas de la porte.

- Et bien il était temps! Je me demandais si vous ne vous étiez pas perdu!

- Heu. Non Alice. Nous n'avons juste pas vu le temps passer! »

- Oui mais j'ai bien cru que vous m'aviez oublié! Quand je suis rentrée et que je ne vous ai pas trouvé, je me suis inquiétée.

- Voyons Alice tout va bien, j'étais avec elle, Miss Swan n'était pas toute seule!

Il disait ça tout en me montrant du doigt! On ne lui a jamais dit que c'était impoli?

- Je sais mais... enfin vous êtes là et c'est le principal.

Soudain figée je sais qu'elle a une vision.

Elle se termine enfin après quelques secondes, elle me dit sur un ton un peu stressé.

- Bella va chercher tes affaires, il va falloir y aller, Charlie va s'inquiéter.

Vu le ton sur lequel elle vient de me le dire il vaut mieux ne pas discuter! C'est plus un ordre qu'une proposition!

- OK j'y vais tout de suite.

Je monte alors dans la chambre d'Edward pour récupérer mon sac, j'allais descendre quand j'entendis des haussements de voix qui venait de dehors. C'était Alice et Emmett. Pourquoi donc criaient-ils?

- Emmett! Tu ne peux pas faire ça! Même si je trouve cette histoire horrible ce n'est pas à toi de le faire! Je n'avais rien vu avant cette vision de toi et de Bella dans la chambre en train de parler. C'est à lui de lui dire s'il le souhaite.

- Elle a le droit de savoir Alice! Après cette journée passée avec elle j'ai découvert à quel point cette fille était la gentillesse, la douceur, la sincérité, la compassion, la bonté incarnée! Quand Rose m'en a parlé hier soir j'avais du mal à y croire! Je ne voulais pas m'en mêler, d'autant plus que je suis persuadé qu'elle m'en a parlé juste pour foutre la merde, tu la connais? Mais là je te le répète Alice crois-moi, elle a le droit de savoir!

- De plus, Edward et les autres vont arrivés d'un moment à l'autre. J'ai eu une vision cet après-midi ils ont chassé suffisamment alors ils rentrent plus tôt que prévus.

- Raison de plus pour ne pas perdre de temps.

Mais de quoi parlent-ils bon sang? Je n'eus pas l'occasion de me perdre longtemps dans mes pensées car quelqu'un toque à la porte.

- Entrez...

- Coucou ma jolie ça va?

- Et bien à toi de me le dire Emmett?

- Oh je vois! Tu nous as entendu pas vrai?

- Exact! Alors dis-moi que se passe t-il?

- Et bien...

Voilà Edward et Alice qui déboulent dans la chambre à toute vitesse dans un vacarme que je n'aurais jamais associé au Cullen! Alors ils sont rentrés? Super, je vais pouvoir profiter de mon apollon de vampire avant de rentrer chez moi!

Mais pas avant de savoir de quoi voulait parler Emmett il y a une minute à peine!

- Ne fais pas ça Emmett! Tu n'as pas le droit! Mêle toi de ce qui te regarde! Dit Edward

- Désolé Emmett! Dit Alice. Je n'ai pas pu cacher mes pensées très longtemps!

- Ce n'est rien. Edward arrive juste à temps! Soit c'est toi qui lui dit soit c'est moi! Dit Emmett.

- STOP! Est-ce-qu'on peut m'expliquer ce qui se passe? Dis-je sentant la colère monter.

C'est Emmett qui se lance.

- Bella. Tout d'abord je voudrais que tu saches que ce que je suis en train de faire ce n'est pas pour te faire du mal au contraire. C'est juste que tu as le droit de connaître la vérité!

- C'est bien beau tout ça, mais je voudrais une réponse à ma question! Que / se / passe / t-il? J'avais détaché chaque mot de sorte à ce qu'ils comprennent que je voulais une réponse et vite!

- Bien sûr! Edward que décides-tu? Tu le lui dis ou je le fais?

- Pourquoi fais-tu ça Emmett?

- Ce n'est pas contre toi Ed, je le fais pour elle! Comme je te l'ai dit elle à le droit de savoir! Elle m'a donné sa confiance je me dois de la respecter! Tu ne peux pas bâtir une histoire saine sur un mensonge! Crois-moi je sais de quoi je parle!

- De quoi tu parles? Tu n'avais aucun droit de faire ça! Tu entends! Ce n'est pas parce que Rose aurait préféré être avec moi plutôt que d'être avec toi et qu'il y a des tensions entre vous que tu dois reporter ta frustration sur moi!

Ça c'est fait! Je rêve où on ne parle que de ça en ce moment? Rosalie, Rosalie, Rosalie...

- Bon les gars je crois que Bella mérite une explication! Dit Alice. Stoppant ainsi la dispute entre les deux frères.

- Bon et bien en fait Bella, ton histoire avec Edward n'est pas vraiment partie sur de bonnes bases. Me dit mon nouvel ami.

- Sois plus explicite! Dis-je sur un ton plus que glaciale.

Et bien oui toutes ces cachotteries commencent à m'exaspérer au plus au point, d'autant plus que tout le monde à l'air d'être au courant sauf moi!

- Tu es un pari Bella! Un vulgaire pari entre Edward et Jasper!

A ce moment même, mon monde s'effondre sous mes pieds!

A ce moment même, moi la pauvre petite humaine vient de me faire trahir par ce que je croyais être ma famille!

A ce moment même, moi Isabella Swan je viens de me faire humilier par celui que je croyais être mon âme sœur!

A ce moment même, moi Bella ait le cœur en lambeau à tel point que je préférerais ne jamais avoir existé. Parce que quand votre monde s'écroule sous vos yeux en moins de deux minutes alors que vous avez passé des années à le bâtir, je vous assure que ce que je ressens est loin d'être plaisant!

"Les larmes qui coulent sont amères,

mais plus amères encore sont celles qui ne coulent pas."

[ Proverbes gaélique ]


Merci de me laisser un petit message avec vos impressions Smile

_________________
"Les larmes qui coulent sont amères,mais plus amères encore sont celles qui ne coulent pas."

Mon FaceBook

équation douloureuse 1+1=3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fanfiction.net/u/1904674/carine2305
 

Chapitre1: Toute une histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lovelemon-in-fic :: Equation douloureuse: 1 plus 1 égal 3 de Carine2305 (Emmett/Bella)-